Etape 3

Etape 3 : Ce que nous avons réalisé ensemble

Nous avons décidé de réaliser plusieurs videos et affiches. Nous avons créé des affiches soit à main soit avec l’application canva. Chacun a écrit une phrase. On utilisait comme aide le discours de Martin Luther King étudié en classe virtuelle et que nous que nous avons beaucoup aimé.

Puis chacun de sa maison a réalisé une vidéo ou disait une ou plusieurs phrases. On a testé sur Whatsapp (groupe de la classe) et en classe virtuelle : on a écouté la vidéo de chaque élève et on a dit comment l’améliorer, et ce qui était bien. On s’est entrainé, on a amélioré.
Puis une élève s’est occupée du montage et on va mettre notre vidéo dans les réseaux sociaux car beaucoup de gens les utilisent et le message pourra être diffusé.

Et nous avons réalisé aussi une autre vidéo en rapport avec la mort de Georges Floyd on a trouvé ça très injuste. Du coup nous avons pris des vidéos des manifestations dans le monde et à la fin on a ajouté une photo de chaque élève avec le signe contre le racisme c’est à dire la main et une élève s’est occupée du montage. Nous avons aussi pensé qu’ on pourrait faire une vidéo où chacun dit stop au racisme mais en plusieurs langues différentes, vu que dans notre classe on parle plusieurs langues et nous allons mettre les vidéos sur les réseaux sociaux avec l’autorisation des parents pour diffuser le message.

illustration 3 stop au racisme

Voici notre vidéo qui résume toutes les étapes du projet

Etape 3 : Fabrication des boites et préparation d'explication de notre projet

Nous avons cherché des idées sur internet pour avoir des modèles de boites à fabriquer. Nous avons imaginé 6 prototypes numérotés de 1 à 6.

Nous avons voté pour décider du choix de la boite puis nous avons choisi la boite numéro 6.

 

Nous avons fabriqué plusieurs boites de cette taille.

 

Voici le modèle de nos boites:

 

et de l'autre côté:

et nous avons préparé les boites et les textes  pour la présentation

 

Nous avons quelques idées pour les endroits où nous allons demander de déposer les boites. Nous nous entraînons à préparer le contact avec les personnes à qui nous les donnerons.

Voici nos idées.

Nous pensons aller demander à les déposer:

Dans un Monoprix ou un Franprix. 

Dans une boutique Maison du monde

Dans une Pharmacie de Clichy 

Au stade Gabriel Péri

A un cours de théâtre et à un cours de gym

Au restaurant 

Chez des  othophonistes chez qui nous allons

 

Les boites sont prêtes à partir.

 

Nous avons commencé à les déposer:

Adrien a donné deux boîtes à l'orthophoniste qui donnera à sa fille et à sa soeur.

Ambre en a donné deux là où elle pratique son cours de théâtre. Elle a aussi déposé une grande boîte au Franprix. 

Nous allons continuer à en distribuer: 

Justine en apportera au SESSAD. Chloé déposera une grande boîte au conservatoire. Fabienne en donnera plusieurs à sa maman pour faire le test avec ses collègues. Jade va essayer de déposer une grande boîte dans une boutique mercredi. 

 

 

Voici ce que nous pensons dire:

 

"Bonjour Madame et Monsieur,

Je m’appelle ………  

Avec ma classe ULIS, on a un projet contre la pollution des mégots de cigarettes. On a fait des boites qui servent à mettre les mégots de cigarettes pour ne pas les jeter par terre et donc pour sauver la planète.

 

Nous vous offrons ces boites gratuites  (pour vos clients ).

Merci à vous de m’avoir écouté.

Au revoir "

 

 

 

Etape 3 : Les déchets

Les actions des groupes engagés contre les déchets et en faveur de l'environnement.

3 groupes, 3 actions... Ramasser des déchets dans la ville / Mettre en place du recyclage à l'école / Sensibiliser les élèves avec des affiches

 

Ramassage de déchets

 

On a organisé un grand ramassage de déchets dans notre ville. Pour s'organiser, on a demandé à l'Agence des Espaces Verts d'Ile de france, ce sont des gens qui s'occupent de la forêt, qu'ils nous prêtent du matériel. On a demandé des gants, des pinces et des sacs poubelle. Nous avons écrit et tapé à l'ordinateur les mots pour les parents. Puis, nous avons choisi les parcours. Nous avons choisi nos parcours à l'aide d'une carte de Cormeilles en Parisis, nous avons choisi de nous rendre là où il y avait beaucoup de gens et donc beaucoup de déchets (gare, abords de collège, abords de lycée, gymnase...). Nous avons choisi 4 parcours, qui nous ont occupés 4 demis-journées (environ 8 heures en tout). On a découvert qu'il y avait beaucoup de mégots par terre. Au deuxième parcours, une journaliste de la ville nous a photographié et elle a écrit un article sur la page facebook de la ville.  Malheureusement, une de nos élèves s'est bléssée sur le quatrième parcours.

 

On a ramassé 71 kgs de déchets au total. L'adjoint au maire de Cormeilles est venu nous remercier et nous féliciter dans notre classe. La plupart des élèves étaient surpris et très fiers de cette visite, dont les membres organisateurs de cette solution.

 

Lisa, Mahel, Youcef et Ilann

 

Mettre en place du recyclage à l'école

Nous avons été répartis dans toutes les classes de l'école et dans l'école voisine. C'était pour expliquer aux élèves ce qu'on fait en ce moment sur Bâtisseurs de possibles, et notre groupe à nous c'est le recyclage. Nous essayons de recycler le plus de choses possibles ! Pour recycler, on a commencé à collecter des piles usagées puis du papier. Nous avons installé des boîtes dans les couloirs de l'école, dans une autre classe et à l'école voisine.

Nous commençons à faire des affiches pour expliquer aux élèves de l'école comment faire un pique-nique zéro déchet.

 

Des personnes se sont plaint que la Terre n'allait pas bien. Nous avons presque tous appris qu'il existe une association qui s'appelle Batribox. Cette année, le projet Batribox servait à aider un centre de santé au Congo à Brazzaville.

 

Adam, Rim, Raphaël et Luca

Sensibiliser les élèves avec des affiches

 

Nous sommes 4 élèves de CE2D : Jean, Claire, Quentin et Lucas. Nous faisons des affiches sur les déchets :

5 affiches pour expliquer aux élèves de l'école qu'il faut jeter ses déchets à la poubelle,

3 affiches pour ne pas gaspiller l'eau (elles seront placées aux toilettes des filles, aux toilettes des garçons et à la cantine),

3 affiches pour les mégots par terre (on les placera au portail de notre école),

et 2 affiches pour ne pas gaspiller la nourriture à la cantine. 

Jean s'est inspiré d'un jeu vidéo pour dessiner ses affiches, Lucas s'est inspiré de sa salle de bain pour dessiner le robinet d'eau, Claire s'est inspirée de son imagination et Quentin s'est inspiré des problèmes du monde et d'images d'internet.

Notre première étape c'était de dessiner un modèle et d'écrire des informations sur le poster. La deuxième étape est de photocopier le modèle pour avoir le bon nombre d'affiches. La troisième étape a été de colorier les affiches. Et la quatrième étape est de les plastifier. La dernière étape c'est de les afficher dans l'école.

Nos réussites : Les affiches sont réussies, nous avons réussi notre projet

Nos echecs : Jean pense qu'il a perdu du temps parce que son modèle était trop petit et il a dû recommencer, on a eu un problème de photocopieuse.

Jean, Claire, Quentin et Lucas

Etape 3 : La pauvreté

Les actions du groupe engagé contre la pauvreté et la précarité.

3 groupes, 3 actions complémentaires : Organiser une collecte pour les Restos du Coeur / Ecrire une chanson pour les pauvres / Organiser une cérémonie caritative

Organiser une collecte pour les Restos du Coeur

Notre expérience Bâtisseurs de possibles. Nous avons écrit et tapé un mot pour expliquer aux parents qu'on organisait une semaine de collecte à l'école Maurice Berteaux 1. Nous avons imprimé les mots et nous avons appris à nous servir d'un massicot pour couper les mots. C'était très dur, on a râté plein de fois. Melchi et Samy ont dessiné des pancartes que l'on a scotché sur la table. Nous avons installé une table devant l'école, avec des bacs, des caisses et des sacs pour récolter le plus de lots possibles. 

Notre maître a contacté les Restos du Coeur. Un bénévole de l'association est venu récupérer les vêtements, les jouets et la nourriture que nous avions collectés. Nous avons récolté plus de 70 sacs et caisses d'affaires. Nous avons fait des chaînes humaines et on s'est entraidé pour transporter les dons de la reserve jusqu'au camion. Nous avons réussi notre projet.

Gabriel, Samy, Lenny, Namory, Melchisedek

Ecrire une chanson pour les pauvres

Nous avons inventé une chanson sur les pauvres. Nous avons eu besoin d'un rythme et puis des paroles. Nous avons appris à faire une chanson. Les échecs étaient de trouver les paroles et la réussite c'est d'avoir terminé la chanson. Maintenant il faut l'apprendre, pour la chanter devant les spectateurs de notre cérémonie de fin d'année. Nous nous sommes organisées pour expliquer la pauvreté en chantant. Nous avons voulu cette action car ça nous a touché. On a pensé que ce serait mieux de transmettre aux autres de cette manière.

Yasmine, Maëlys, Lina et Hajar

Organiser une cérémonie caritative

On essaie d'organiser une cérémonie caritative dans l'école, il y aura des ventes de gâteaux et un spectacle. Cette cérémonie sera le mardi 02 juillet 2019. Le spectacle durera environ 1heure et la vente de gâteaux durera environ 45 minutes. La cérémonie commencera à 18h30 par la vente de gâteaux et se finira vers 20h30. Nous allons récolter de l'argent pour les donner à une association qui s'occupe des pauvres. Ce sera un spectacle de chant et nous chanterons toutes les chansons que l'on a apprises cette année avec notre maître et la chanson inventée par un groupe de Bâtisseurs de possibles. La vente de gâteaux commencera à 18h30 et se finira à 19h15 puis le spectacle commencera à 19h30 jusqu'à 20h30.

Lana, Giulia, Salomé, Elisa et Manelle

 

 

 

2018-2019 - étapes 2 et 3 - trouver des solutions et les tester

étape 2 - trouver des solutions

Le problème soulevé par Pauline a libéré la parole: beaucoup d'entre nous avaient des choses à exprimer sur le sujet (voir ci-dessous un compte rendu résumé des interventions).

 

étape 3 - réaliser et tester les solutions prévues

en 2018

Compte rendu du cercle de discussion:

 

Bâtisseurs de possibles 25-06-2018

Trois mois ont passé depuis notre discussion sur le problème posé par Pauline : Comment faire pour que les garçons acceptent que les filles jouent au foot avec eux pendant les récréations ?

Ce qui a changé :

Il y a plus de filles qui jouent au foot.

Elles apportent des ballons et organisent des parties.

Mais même si quelques filles jouent de temps en temps avec les garçons, elles jouent le plus souvent entre elles.

Comment faire pour que les filles et les garçons se mélangent plus pour jouer au foot :

Emy : Il faudrait prévoir qui va jouer au foot aux récréations, pour faire des équipes mixtes*.

Julia : On pourrait réserver des récréations pour jouer avec des équipes mixtes *.

Matthéo : Oui, mais c'est celui qui apporte un ballon qui décide qui joue avec lui.

Mathis : Il faudrait utiliser un ballon acheté pour l'école ou la classe.

Tess : On pourrait l'acheter avec l'argent qu'on a gagné avec notre spectacle d'ombres chinoises.

Le maître : Par exemple, mais nous avons dit aux parents que c'était pour les enfants de Madagascar.

Ils ne vont pas trouver ça normal de l'utiliser pour autre chose...

On pourrait l'acheter avec l'argent de la coopérative de l'école (la caisse de l'argent pour tous les élèves ).

et acheter le même ballon avec l'argent pour Madagascar et l'envoyer aux enfants de l'école.

Pauline : Oh oui, comme ça, quand on jouera au foot on pensera à eux !

Damien : Il faudrait aussi acheter 2 buts.

Emy : Oui, pour protéger la nouvelle classe des coups de ballon.

Pauline : C'est aussi le maître et la maîtresse qui peuvent décider qui va jouer avec qui.

Le maître : Oui, mais la récréation, c'est un moment pendant lequel les enfants choisissent ce qu'ils veulent faire. Il vaut mieux qu'ils s'organisent eux-mêmes.

Marie : Un jour sur deux, on pourrait faire un entraînement.

Le maître : Je veux bien organiser des ateliers de foot, en sport, pour permettre à tout le monde d'apprendre à jouer.

Pauline : Chaque garçon pourrait entraîner une fille ou une fille entraîner un garçon.

Le maître : Nous allons voter à main levée pour savoir si vous êtes pour une organisation avec un jour pour les garçons, un jour pour les filles et 2 jours avec des équipes mixtes*

Vote : 16 enfants sur 19 sont pour.

Shana : Je ne suis pas d'accord parce que si quand c'est le jour des filles, elles ne veulent pas jouer, ça ne sert à rien.

Anaelle : Ce n'est pas grave, parce que toutes les filles ne sont pas obligées de jouer.

Le maître : On peut ajouter une règle : si les filles ne sont pas assez nombreuses pour jouer, elles pourront inviter des garçons à leur partie (pareils pour les garçons), mais ce sera toujours elles, ou eux le jour des garçons, qui décideront.

Vote à main levée : 18 sur 19 sont pour.

Zoé : Comment on décide qui commence ?

Mathis : On pourrait commencer par tout le monde : c 'est à dire des équipes mixtes.

Pauline : On pourrait commencer par les garçons, parce qu'ils aiment mieux le foot que les filles.

Erynn : Je ne suis pas d'accord, il y a des filles comme Anaelle qui aiment aussi beaucoup le foot.

Le maître : Pourquoi pense-t-on que les garçons s'intéressent plus au foot que les filles ?

Louis : Ils commencent plus tôt à s'intéresser au foot.

Le maître : Et pourquoi à votre avis ?

Pas de réponses.

Le maître : Qui voit-on le plus jouer au foot à la télé ?

Timéo : On voit plus de garçons.

Mathis : Oui, on voit plus de matches avec des garçons à la télé.

Le maître : Je dirais même qu'il n'y a presque que des matches d'hommes à la télé.

Donc il est normal que les enfants prennent modèle sur ce qu'il voit à la télé et autour d'eux.

En ce moment c'est le mondial du foot, entendez-vous parler de matches avec des équipes de femmes ?

Louna : Non, il n'y a que des matches avec des garçons.

Enora : Il y en a un peu avec des filles, mais pas beaucoup.

Le maître : Bon maintenant, il va falloir parler de nos propositions aux élèves de l'autre classe, car nous ne sommes pas seuls pendant les récréations ; nous partageons la même cour de récréation.

Louna : On pourrait faire un cercle de discussion avec eux.

* équipe mixte : équipe composée de filles et de garçons

                                                       --------------------------------

en 2019

L'opération "Foot à l'école" -Football: une activité pour l'égalité - proposée par la Fédération Française de Football nous a permis de prolonger et d'enrichir notre projet "Bâtisseurs de possibles"par la mise en place d'ateliers d'initiation et d'habileté durant les séances d'EPS, mais aussi gérés par les enfants au cours des récréations. Beaucoup d'entre nous y ont participé  et les élèves de l'autre classe nous ont suivis !

 

Etape 3 - Réalisation de courtes vidéos pour aider les enfants des migrants à apprendre la langue française.

Au terme d'un travail de titan, les élèves rédigent les scénarii sur des thématiques choisies en fonction des urgences relevées pour un enfant qui découvre la langue française.

 

Dans mon cartable, il y a....

Merci à Laureline, soeur d'Eloy, "ancienne élève de nous apporter cette aide extraordinaire !

 

A la cantine... Sur la table, il y a ...

 

 

 

Marissa écrit sur le tableau les idées des camarades, l'ordre d'intervention...

 

Louan, Alexandre, Hiba, Célia et Angela ont choisi de travailler sur les aliments... Ce sont de grands gourmands et l'ambiance est délicieuse !
 
 
 
Jade, surnommée "La petite maîtresse" essaie de gérer son groupe d'élèves ! Ils ne sont pas très obéissants ! Eh oui... Jade ... il faut être patiente...;)
Comprendre les verbes souvent utilisés à l'école pour "faire" ...

Dans ma trousse, il y a...

Lucas, Tristan, Guillaume, Shiloh s'organisent...

Parmi les thématiques abordées : 

  • La classe : connaître les outils de l'écolier, les nommer (le cartable (ce qu'il y a dans le cartable) , la trousse (ce qu'il y a dans la trousse) ; connaître le mobilier dans la classe (table,  casier, chaise, bureau, tableau, armoire, étagère), les consignes
  • L'école : la cour de récréation...

 

La maman de Lucas et Laureline, une ancienne élève, s'occupent d'un groupe chaque vendredi après-midi durant 45 minutes pour les aider à mener à bout leur scénario.

Cette aide est plus que précieuse.

Laureline a réalisé avec son frère Eloy une vidéo sur  les outils que l'on peut trouver dans la trousse qui va constituer un véritable support pour les autres vidéos.

 

Avant les vacances de Pâques, deux vidéos ont été réalisées qui "se poseront" bientôt sur cette page... 

 

Nous verrons jusqu'où nous irons.

En tous les cas, l'investissement est ENORME et les élèves ne pensent qu'à BDP ! Ce qui fait réfléchir évidemment, encore et encore.

Comment mieux intégrer cette démarche au quotidien... , c'est à dire en insérant encore plus, encore mieux, les différents domaines d'enseignement... C'est certainement jouable ! A voir...

Il reste peu de semaines pour rendre le projet.

Nous verrons bien. En tous les cas, nous irons au bout.

Nous avons déjà contacté une association d'aide aux migrants qui se montre intéressée par le projet des élèves... 

1- Foot ensemble ! - en route vers l'égalité -

Grâce à la démarche de Bâtisseurs de possibles, nous , les élèves de CE1 et CE2 de l'école élémentaire de Sébécourt (27-Eure), nous avons pu trouver des solutions au problème posé par Pauline :

"À la récréation, les garçons ne veulent pas que les filles jouent au foot avec eux."

La vente de petits déjeuners

Après une information par les élèves dans toutes les classes du collège et une campagne d'affichage, deux ventes de petits déjeuners par semaine ont été lancées au mois de décembre jusqu'aux vacances de Noël.

Les professeurs ont fait des (grosses!) courses......

Quatre élèves différents assuraient chaque vente, accompagnés à chaque fois de volontaires en plus qui venaient prêter main forte au groupe. Chacun participe à l'installation des stands et de la cantine qui accueille les élèves pour déguster leur petit déjeuner. Les élèves ont le choix entre l'achat d'une box (compote, jus bio et viennoiserie) ou d'une viennoiserie seule. La boulangerie des Linandes a généreusement offert les cent premières viennoiseries.

 

Comme les professeurs sont réputés pour leur gourmandise, Mateo s'est chargé chaque mardi et chaque vendredi d'aller leur vendre des viennoiseries directement en salle des professeurs. Il était accompagné dans sa tâche de "stagiaires" plus ou moins efficaces...

A la fin de la récréation tout le monde participe au rangement, nettoyage, comptage de la caisse...

Cette opération fut un véritable succès et sera reconduite une fois à la rentrée pour écouler les compotes et jus restants.

Début de la correspondance avec l'Hôpital pour Enfants Malades

Cette semaine (fin novembre), nous avons débuté la correspondance avec l'Hopital pour enfant de Margency. 
Après avoir constitué des binômes (cela fera donc 12 lettres adressées aux 12 enfants de la classe de l'HEM), les élèves ont rédigé des petits exercices afin de parler d'eux, se présenter, tout en conservant leur anonymat. En effet, il a été décidé que ce premier courrier ne révélera pas l'identité des émetteurs : ce sont les élèves de Margency qui choisiront les binômes avec lesquels ils veulent échanger par la suite. 

Les élèves se sont attelés à rédiger des "j'aime", "j'aime pas" à la manière d'Amélie Poulain, un portrait chinois ou encore un accrostiche. 

Après un atelier sur les codes de la lettre, ils ont pu enfin rédiger au propre leur lettre sur du papier choisi et acheté spécialement pour la correspondance. 

Pour sceller leur lettre, ils ont terminer par un sceau : chauffer la cire et apposer le sceau a été l'occasion pour eux de découvrir les joies de la correspondance épistolaire.